Où dormir à Istanbul : dans quel quartier se loger à Istanbul ?

Où dormir à Istanbul

Vous souhaitez savoir où dormir à Istanbul? Pour vous aider dans votre choix d’hébergement, nous vous présentons les meilleurs quartiers pour loger à Istanbul, avec leurs principaux avantages et leurs inconvénients !

D’abord appelée Byzance, puis Constantinople, la capitale culturelle de la Turquie est connue sous le nom d’Istanbul depuis 1930 seulement. Rencontre entre l’Occident et l’Orient, elle a vécu une succession d’événements à travers les siècles, qui lui ont apporté un héritage historique et culturel riche. 

Centre économique et plus grande agglomération du pays, la ville aux sept collines est également l’une des plus importantes mégapoles au monde. Et l’on comprend les 15 millions de personnes qui y habitent ! 

Entre le détroit du Bosphore qui partage la ville en deux — avec un côté européen et un autre asiatique — la mer de Marmara à ses pieds et sa concentration de merveilles architecturales, Istanbul est une ville bien placée, surprenante et pleine de charme

D’ailleurs, certaines zones historiques sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Chaque année, plusieurs millions de touristes viennent ainsi visiter celle que l’on appelle « la deuxième Rome ». Si vous aussi vous voulez passer des vacances là-bas, il est important de choisir un secteur en fonction de vos intérêts et des activités que vous souhaitez faire : visite de monuments, shopping, sorties le soir…

En effet, bien qu’il soit facile et économique de s’y déplacer (métros, bus, dolmus, tramways, taxis, bateaux, funiculaires, téléphériques…), vous pourriez perdre beaucoup de temps dans les transports pour aller d’un lieu à un autre. 

Car avec plus de 5 000 km² (soit environ 50 fois plus qu’à Paris), cette ville très étendue se divise en une multitude de quartiers aux atmosphères totalement différentes les unes des autres.

Sachez également que cette ville turque n’est pas une destination low cost, contrairement à ce que l’on pourrait penser. 

Parmi l’offre abondante d’hébergements, il existe tout de même des logements bon marché. Entre hôtels, locations d’appartement, auberges de jeunesse et chambres chez l’habitant, vous trouverez forcément votre bonheur !

Attention, comme dans toute grande ville touristique, plus vous attendez pour réserver, moins vous aurez de choix et plus les prix vont grimper !

Il est donc recommandé de louer votre logement le plut tôt possible (surtout entre avril et novembre et pendant les fêtes de fin d’année) pour dormir à Istanbul dans les meilleures conditions qui soient.

Les meilleurs quartiers où dormir à Istanbul

1. Sultanahmet, le centre historique

Situé au sud de la Corne d’Or — la petite baie d’Istanbul en forme de corne — dans le district de Fatih, Sultanahmet est le quartier qui concentre la majorité des lieux emblématiques de la ville tels que la Mosquée bleue, la basilique Sainte-Sophie ou encore le palais de Topkapi. 

Il est donc devenu le quartier touristique par excellence ! L’avantage est que vous pouvez visiter ces célèbres monuments à pied. L’inconvénient : vous devez passer au travers d’innombrables groupes qui affluent à toute heure de la journée.

Au détour des ruelles historiques de cet incontournable quartier, on trouve une multitude de restaurants et boutiques, dont la plupart sont, bien sûr, destinés aux touristes. De ce fait, les prix grimpent tandis que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Pour une immersion culturelle, voici les points d’intérêt à ne pas manquer dans ce quartier à l’histoire fascinante :

  • la Mosquée bleue (ou mosquée du sultan Ahmet ou encore mosquée Sultanahmet) :
    réputée pour ses céramiques bleues qui ornent les murs intérieurs, cette immense mosquée est sans aucun doute l’un des bâtiments touristiques les plus populaires de la ville. Et l’on comprend pourquoi ! L’intérieur comme l’extérieur sont de toute beauté. Édifiée entre 1609 et 1616, cette mosquée comporte, entre autres, quelque 20 000 carreaux de faïence bleue d’Iznik, une coupole principale de 23 mètres de diamètre sur 43 mètres de hauteur, plus de 260 fenêtres, six minarets, de nombreux tapis dans la salle de prière, une imposante porte d’entrée et une grande cour avec une fontaine. Bref, un régal pour les yeux ! On retrouve quelques éléments byzantins dans ce bâtiment considéré comme étant le dernier ouvrage de l’architecture ottomane classique.
  • La basilique Sainte-Sophie :
    Au nord-est de la Mosquée bleue, Sainte-Sophie (« sagesse de Dieu » en turc) est un autre bâtiment emblématique stambouliote. Construite d’abord au IVe siècle par les Byzantins en tant que basilique chrétienne, elle fut reconstruite en plus grande au VIe siècle où elle acquit son aspect actuel. Puis, elle devint mosquée au XVe siècle après la prise de Constantinople par les Ottomans. Elle cesse d’être un lieu de culte en 1934 pour être transformée en musée. Mais plus récemment, en 2020, le Conseil d’État turc a décidé de reconvertir ce bâtiment en mosquée. Désormais, elle est donc redevenue un lieu de culte musulman, où cohabitent scènes bibliques et symboles islamiques. Toutefois, il est toujours possible de visiter ce majestueux ouvrage (excepté durant les horaires de prières), tout comme sa voisine la Mosquée bleue.
  • La citerne basilique (Yerebatan Sarnıcı, qui signifie « la citée enfouie sous terre » en turc) :
    face à Sainte-Sophie se cache une gigantesque citerne souterraine. Derrière une entrée discrète, elle est l’un des bâtiments les plus spectaculaires de l’époque byzantine encore visible. Construite au VIe siècle dans le but d’alimenter un palais byzantin en eau, sa capacité est estimée à environ 78 000 m3. Lorsque l’on se promène à travers ses passerelles surplombant l’eau, on a l’impression d’explorer un château souterrain. De plus, les lumières tamisées, la douce musique et l’ambiance moite qui règne ici rendent la visite magique. Parfait pour un moment paisible en plein cœur d’une ville toujours en ébullition !
  • Le palais de Topkapi (Topkapı Sarayı, qui signifie « palais de la porte des canons » en turc) :
    Plus au nord, le palais impérial d’Istanbul domine la Corne d’Or. Avec ses cinq kilomètres de remparts qui l’entourent sur 70 hectares, il était la résidence des sultans ottomans entre 1465 et 1853. Aujourd’hui, vous pouvez notamment visiter les cuisines, la salle du Divan, l’horlogerie, l’armurerie, la tour de justice, la salle d’audience, le harem, les pavillons, les jardins, une petite mosquée et le Trésor (qui contient certains objets parmi les plus précieux au monde tels que le diamant du fabricant de cuillères — un diamant de 88 carats ayant appartenu à la mère de Napoléon — ou encore le poignard de Topkapi, construit en or avec des émeraudes, ce qui en fait l’arme la plus chère du monde. Ce palais est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985.
  • Le Musée archéologique d’Istanbul :
    Aux alentours du palais de Topkapi se dressent le musée d’archéologie (avec notamment une impressionnante collection de sarcophages, dont celui d’Alexandre), le musée des Faïences (qui contient des céramiques et bijoux) et le musée des Œuvres de l’Orient ancien (avec des objets de cultures égyptiennes, akkadiennes et sumériennes, des sépultures ottomanes et des morceaux de la porte babylonienne d’Istar). De quoi ravir les amateurs d’antiquités !
  • La place de l’Hippodrome de Constantinople :
    Située près de la Mosquée bleue, elle correspond à l’arène hippique où se déroulaient notamment les courses de chars et les combats de gladiateurs à l’époque. Bâti en 203, il ne reste aujourd’hui de l’hippodrome que trois monuments : l’obélisque de Théodose, la colonne serpentine en bronze et la colonne murée.
  • La petite église Sainte-Sophie (ou Küçük Ayasofya Camii) :
    Au sud du quartier, cette église a été convertie en mosquée. Plus simple et bien moins touristique que sa cousine la basilique Sainte-Sophie, son architecture intérieure est pourtant magnifique. Loin de la foule, vous apprécierez son calme et son charme authentique.

Ainsi, nous vous recommandons le quartier de Sultanahmet pour des premières vacances où dormir à Istanbul ou pour un séjour court de 2 ou 3 nuits

Bien qu’ultra touristique et bruyant, il est idéal pour vous immerger au cœur des symboles de l’ancienne Constantinople. Central et peu cher, vous y trouvez un vaste choix d’hôtels pour tous les budgets.

En revanche, si vous voulez découvrir le vrai visage d’Istanbul et que vous recherchez l’hospitalité turque dans un lieu authentique, sachez que ce n’est pas ici qu’il faudra poser vos valises ! 

De plus, la vie nocturne y est peu développée. Attention également aux arnaques des chauffeurs de taxi.

2. Eminönü et Sirkeci, des quartiers bien placés pour dormir à Istanbul

Ces deux quartiers portuaires sont très animés, car c’est ici que l’on trouve l’un des principaux bazars de la ville. 

Situés au nord-ouest de Sultanahmet, ils disposent d’un emplacement géographique idéal puisqu’ils permettent de rejoindre à pied le quartier historique et ses monuments emblématiques, ainsi que le quartier de Galata.

Ils sont également bien desservis par les transports en commun (tramway qui relie Eminönü à Sultanahmet et Karakoy, métro).

Depuis le port d’Eminönü, vous pourrez aussi prendre le bateau pour vous rendre sur la rive asiatique, pour remonter la Corne d’Or ou pour effectuer une croisière sur le Bosphore.

En dehors de cet atout, les quartiers comptent de nombreux restaurants et hôtels. Et ils sont surtout remplis de choses sympathiques à voir ! Commençons par le bazar égyptien, aussi connu en tant que bazar aux épices

Ce marché couvert contient de multiples vendeurs d’épices, comme son nom l’indique, mais également de thés, de fruits secs, de confiseries, etc. 

Parcourez les étals et humez les odeurs qui s’en dégagent. Offrez-vous une pause gourmande en goûtant aux succulentes pâtisseries à la pistache ! 

Préférez toutefois les petits magasins présents dans les ruelles alentour pour acheter vos épices. Les prix seront moins élevés et la qualité meilleure.

La mosquée Süleymaniye domine les lieux avec ses tours. À proximité, la mosquée Rüstem Pacha est réputée pour ses faïences d’Iznik. 

Ne passez pas non plus à côté de la mosquée neuve (Yeni Camii), une mosquée impériale ottomane, construite à partir de 1597.

Visitez également la gare de Sirkeci (ou Müşir Hamdi Paşa), connue pour avoir été le terminus du mythique Orient-Express entre 1895 et 1977. À cette époque, ce train conduisait les hommes d’État, les rois et les diplomates de Paris à Istanbul. 

Désormais, la station accueille le train de banlieue et quelques lignes internationales à destination de pays européens tels que la Grèce et l’Autriche.

Moins bondés que Sultanahmet, ces quartiers sont idéalement situés si vous souhaitez loger à Istanbul pour un séjour touristique et culturel relativement calme au cœur de la grande cité turque. 

De plus, les hôtels sont majoritairement confortables (voire luxueux) pour des tarifs raisonnables.

3. Beyazit et Laleli, des quartiers centraux

Situés à l’ouest de Sultanahmet et au sud d’Eminönü, ces quartiers centraux abritent divers sites à ne pas manquer, dont le célèbre Grand Bazar à Beyazit. Ce marché couvert est le plus grand du monde ! 18 portes permettent d’y accéder. 

À l’intérieur, on découvre pas moins de 4 000 boutiques, parsemées le long de 58 rues, réparties sur une surface de 20 km²

Les amateurs de shopping seront conquis ; on y trouve de tout : or, diamants et bijoux, sacs à main, tapis, lampes, tissus, souvenirs… Vous pouvez facilement négocier les prix.

Cependant, n’hésitez pas à vous rendre dans les ruelles autour du Grand Bazar pour faire vos achats ; elles regorgent de magasins à des coûts plus compétitifs.

Découvrez également la tour de Beyazit, aussi appelée tour du Seraskier, ainsi que la mosquée Bayezid II, un beau bâtiment impérial ottoman, situé sur la place Beyazit (Beyazıt Meydanı), où les vendeurs de rue vous permettent de vous sustenter devant la superbe porte principale de l’université d’Istanbul.

Du côté de Laleli, ne ratez pas la mosquée Laleli (Laleli Camii). À environ 25 minutes de marche de Sultanahmet, la zone est bien plus calme que dans le centre historique. Aussi, n’hésitez pas à vous y rendre pour une visite en toute tranquillité.

Vous n’y croiserez que peu de touristes, ce qui vous transporte dans une atmosphère plus typique de la Turquie. De style baroque, cette jolie mosquée en pierre et brique rouge vaut le coup d’œil.

En remontant vers le nord, vous découvrirez l’aqueduc de Valens, un monument romain de 800 mètres de long sur 20 mètres de haut, construit pour permettre d’approvisionner la ville en eau.

Beyazit et Laleli, à respectivement un et deux kilomètres de Sultanahmet, sont des quartiers bien placés pour dormir à Istanbul. 

Laleli est plus populaire, alors attention aux arnaques ! Les bâtiments sont anciens et les hôtels peuvent donc être vétustes et décevants.

4. Beyoglu, animé et vivant

Toujours sur la rive européenne du Bosphore, mais plus au nord, Beyoglu est séparé de la vieille ville par la Corne d’Or. 

Il était d’ailleurs appelé Pera au Moyen Âge, qui signifie « l’autre côté » en grec. District animé et vivant, il comprend plusieurs quartiers, dont Galata, Karaköy et Cihangir.

L’une des principales artères de Beyoglu est la fameuse rue piétonne Istiklal Caddesi

Longue d’environ 3 kilomètres, elle abrite un nombre considérable de restaurants qui proposent une bonne cuisine turque ou du poisson, ainsi que des cafés, des magasins, des cinémas, des théâtres, des bibliothèques et des galeries d’art

Il est donc agréable de flâner le long de cette avenue de jour comme de nuit. Par contre, elle est pleine à craquer le week-end ; à éviter alors si vous n’aimez pas la foule. 

En outre, Istiklal Caddesi mène à l’une des places les plus réputées d’Istanbul : la place Taksim (que nous abordons plus bas).

Si vous souhaitez loger à Istanbul dans une zone dynamique, Beyoglu vous offre plusieurs avantages. 

Il est en effet l’un des districts les plus abordables de la ville, avec plusieurs hôtels à bon prix. De plus, il reste relativement proche du centre historique et des principaux lieux d’intérêt.

À lire aussi : Où dormir à Dubaïoù dormir à Santorinoù dormir à Athènesoù dormir à Malteoù dormir à Chypre

5. Galata et Karaköy, où loger à Istanbul dans un quartier branché

Au nord de la Corne d’Or se trouvent les quartiers de Galata et Karaköy. Depuis Eminönü, vous pourrez facilement vous y rendre en traversant le pont de Galata (comptez environ 30 minutes de marche). 

Le cas échéant, profitez-en pour goûter au balık ekmek, un sandwich au poisson incontournable de la street food stambouliote. 

Quartiers dynamiques, à la mode et très prisés des artistes, on y trouve des restaurants tendance, de bonnes boulangeries turques, des bars, des petits cafés, des boutiques de créateurs ainsi que des magasins spécialisés dans les instruments de musique. 

C’est également le coin idéal pour passer des soirées en terrasse ou au pub, et le point de rendez-vous des hipsters. Ici, vous êtes plongé au cœur de la culture stambouliote.

Avec ses maisons au style architectural ottoman, la zone a su garder son côté authentique. Les rues sont assez raides de ce côté-là de la ville et les pentes sinueuses. 

Cela n’empêche pas les nombreux visiteurs de déambuler dans les dédales de ruelles escarpées. Pour les moins sportifs d’entre vous, n’ayez crainte ! 

Le funiculaire de Tünel vous permet de rejoindre la partie haute et vous évite les montées. À la nuit tombée, les ruelles s’animent et il est très agréable de prendre un verre en terrasse.

Galata est symbolisé par sa tour du même nom, édifiée en 1348 par les Génois et haute de 60 mètres. 

Véritable carrefour culturel, les Génois ont ensuite laissé place aux communautés arabes et juives dans ce quartier, qui s’y sont installées après avoir fui l’inquisition espagnole. Ainsi, on trouve çà et là des traces de cet héritage.

Plusieurs édifices religieux sont à visiter dans ce côté de la ville tels que la mosquée Yerlati (une mosquée souterraine), la mosquée Nusretiye, la mosquée Kiliç Ali Pacha (avec un hammam attenant) et l’église Saint-Antoine-de-Padoue (Sent Antuan Kilisesi).

Ces quartiers sont de bons endroits où dormir à Istanbul. Leur situation géographique est parfaite si vous souhaitez parcourir les monuments historiques, mais aussi faire du shopping et jouir de la vie nocturne. 

En effet, Karaköy et Galata permettent de rejoindre les bâtiments symboliques stambouliotes de la vieille ville en marchant un peu via le pont. 

Bien desservis par les transports en commun, vous pourrez également emprunter le métro et le tramway situés à proximité pour profiter de la ville en toute sérénité. 

D’autre part, les hébergements en location sont abondants et les prix abordables ; vous devriez donc trouver votre bonheur. Du côté de la tour de Galata, le coin est très touristique ; il n’en demeure cependant pas moins agréable à vivre et charmant.

6. Cihangir, où dormir à Istanbul pour faire la fête

Au nord-est de Galata et Karaköy, Cihangir est un quartier cosmopolite, assez résidentiel et huppé, où vivent plusieurs célébrités turques ainsi que des influenceurs de mode et d’art. 

Les sympathiques bars et les cafés chics qui y sont installés, l’ambiance bohème qui y règne et le charme pittoresque de ses ruelles rendent ce quartier très plaisant. 

Dominant le Bosphore, Cihangir vous offre un superbe panorama sur la ville et le détroit. C’est aussi le paradis des chats, qui se prélassent à tous les coins de rue.

Pour les oiseaux de nuit, les animations nocturnes y sont nombreuses. Tournée des bars et clubs sympas, il y a de quoi faire pour s’amuser toute la nuit ! C’est d’ailleurs un endroit prisé de la jet-set stambouliote. 

Et pour des visites culturelles, le quartier héberge quelques mosquées, dont celle de Cihangir, de style néo-classique.

Non loin du métro de Taksim et du tramway, Cihangir est un quartier central qui permet de rejoindre Sultanahmet en transport, mais aussi à pied. 

Si vous choisissez cette dernière option, sachez toutefois qu’il y aura de la grimpette puisque le quartier se trouve sur une colline.

Cihangir convient pour un séjour de courte ou moyenne durée si vous recherchez un endroit vivant où loger à Istanbul, pas trop éloigné des principaux lieux d’intérêt, tout en restant proche des magasins et des boîtes de nuit.

7. Taksim, un quartier très commerçant

En remontant Cihangir, vous atterrirez sur la célèbre place Taksim, l’un des noyaux de la ville. Bondée du matin au soir par les locaux, la plupart des rassemblements populaires et d’événements publics se déroulent ici. Elle tient donc un rôle important dans la vie des Stambouliotes.

Par ailleurs, ce quartier très commerçant concentre bon nombre de restaurants, magasins et petites échoppes vendant toute sorte d’articles (nourriture, vêtements, décoration…), mais majoritairement à destination des touristes. 

C’est un quartier à visiter en journée ou en soirée. On aime y venir pour acheter, flâner, boire un café en terrasse ou prendre un verre.

Ce quartier commence à être assez excentré de la zone historique et de ses monuments emblématiques. Il reste pourtant très touristique et un peu bruyant, et peut manquer d’authenticité. 

Ce n’est donc pas ici qu’il faut loger pour une première expérience stambouliote. Taksim est toutefois bien desservi par le métro et les autres transports en commun. 

De plus, il accueille de nombreux hôtels, mais les prix peuvent être élevés.

8. Besiktas et Ortaköy, où loger à Istanbul en bord du Bosphore

Besiktaş — « pierre du berceau » en turc — est un district d’Istanbul parmi les plus étendus. Toujours situé sur la rive occidentale du Bosphore, au nord-est de Beyoglu et Sisli, il comprend plusieurs quartiers, dont Ortaköy. 

Plusieurs rues piétonnes animées sillonnent le centre depuis la mosquée Sinan Pasa jusqu’au marché aux poissons. Assez méconnu des touristes, c’est une zone typique turque, malgré la présence des grands palaces comme le Ciragan Palace Kempinski.

On trouve dans ce district moderne plein de restaurants, de street food et de bars avec de bons rapports qualité-prix. Vous pourrez également faire de bonnes affaires dans les diverses petites boutiques

La majorité des personnes qui vivent ici sont des familles turques de classe moyenne et des étudiants. L’ambiance est ainsi conviviale.

Grâce à une position centrale, les transports en commun vous permettent de découvrir la ville dans son ensemble et de rejoindre facilement les lieux emblématiques. Vous avez aussi la possibilité de vous déplacer en taxis ; sachez toutefois que Istanbul est extrêmement embouteillée.

Pour ce qui est des visites, on retrouve en vedette le palais de Dolmabahce (Dolmabahçe Sarayı en turc, qui signifie « le jardin comblé »). 

Avec une superficie de 45 000 m², ses 285 pièces, ses 44 salles, ses 68 cabinets de toilette et des 6 hammams, ce majestueux bâtiment a été la résidence des sultans entre 1853 et 1922. 

Aujourd’hui, il est devenu un musée que l’on peut explorer. Vous y verrez des lustres en cristal de Bohême et de Baccarat, de splendides tapis, un escalier en verre et tout un tas d’autres trésors. Les six jardins qui l’entourent sont également magnifiques.

Par ailleurs, Besiktas accueille le Fish Market (une halle aux poissons ouverte tous les jours), le parc de Yildiz (l’un des plus grands d’Istanbul), l’église arménienne Surp Asdvadzadzin, le National Palaces Painting Museum, un musée d’art dédié à la collection de peintures turques et internationales du palais et le musée de la Marine (Deniz Müzesi), près de l’embarcadère. 

Face à ce dernier musée se trouve le mausolée de Barebrousse (Barbaros Türbesi en turc), le redoutable pirate ottoman.

Au nord, partez à la découverte du quartier coloré et multiculturel d’Ortaköy. Charmant et calme, on retrouve ici l’ambiance typique des petits villages de pêcheurs. Il est cependant de plus en plus touristique.

On y vient surtout pour visiter la Grande mosquée Mecidiye, appelée plus simplement la mosquée d’Ortaköy. Ce lieu de culte de style néo-baroque attire les touristes grâce à son charme extérieur. 

En effet, elle se trouve au pied du détroit et l’on peut apercevoir, en arrière-plan, le pont du Bosphore, ajoutant au décor une touche d’originalité.

Aux alentours : une petite place, des ruelles sympathiques, des balades à faire le long des rives du Bosphore, des cafés et restaurants et des clubs célèbres où aller danser. 

Une bonne partie des ambassades et des universités ont également choisi de s’installer ici. C’est donc un endroit assez fréquenté par les étudiants. 

D’ailleurs, vous pouvez les imiter en mangeant des kumpir (pomme de terre cuite au four et fourrée d’ingrédients divers) et en buvant du thé à la menthe au bord de l’eau.

Pour dormir à Istanbul dans un quartier vivant, sympathique et authentique, où l’on croise plus de locaux que de touristes et proche des rives du Bosphore, c’est à Besiktas qu’il faut aller. 

Mais sa situation géographique fait qu’il convient plutôt pour des vacances de moyenne ou longue durée. Hormis les grands hôtels luxueux, vous trouvez des logements à des prix très accessibles.

En outre, nous vous déconseillons de loger à Ortaköy pour un premier séjour court dans la capitale culturelle. 

Encore plus excentré, il vous faudra multiplier les trajets en bus, en bateau (les seuls moyens de transport présents ici) ou en taxi pour rejoindre les monuments emblématiques. 

En revanche, si vous connaissez déjà le centre historique d’Istanbul et que vous revenez pour découvrir les quartiers du Bosphore, alors Ortaköy et Besiktas sont de bonnes options.

9. Sisli et Nisantasi, les quartiers de la mode

Au nord de la Côte d’Or, entre Beyoglu et Besiktas, se trouve le district de Sisli, qui comprend le quartier de Nisantasi. 

Zone huppée, on y croise les plus grandes marques internationales de luxe, diverses boutiques de créateurs turcs et des centres commerciaux haut de gamme comme l’Istanbul Cevahir (l’un des plus grands centres commerciaux en Europe). 

C’est donc un rendez-vous incontournable si vous aimez la mode et que vous êtes accro au shopping !

En plus des magasins, vous pouvez manger dans l’un des nombreux restaurants chics et branchés servant des mets turcs ou une cuisine du monde. Vous aurez également du choix au niveau des cafés. 

Le soir, vous trouverez forcément de quoi boire un cocktail dans l’un des bars de la rue Halaskargazi.

Autre avantage : le métro est présent ici (station Osmanbey). Vous pourrez ainsi rejoindre facilement la place Taksim, Galata (station Sishane) ou encore Eminönü (station Vezneciler).

Côté monuments, le musée d’Atatürk expose des objets ayant appartenu à Mustafa Kemal Atatürk — le fondateur et premier président de la République de Turquie — et des documents retraçant sa vie. 

Visitez également le splendide Palais Ihlamur et ses jardins paisibles, autrefois l’un des palais d’été des sultans ottomans. Au sud-est du district, rendez-vous au parc Maçka pour un moment de détente ou une promenade en famille.

Vous recherchez un hôtel pour dormir à Istanbul dans un quartier vivant, branché et jeune, pour découvrir une facette de la ville plus locale et pour faire du shopping ? Alors Sisli et Nisantasi sont des endroits qui vous conviendront parfaitement !

10. Kadiköy, où dormir à Istanbul pour une expérience bien plus locale

Kadiköy est situé à l’est, dans la partie asiatique d’Istanbul. Simple et assez excentré, il offre, par conséquent, une expérience bien plus locale que les quartiers européens. C’est ici que vous aurez l’impression de vivre réellement à la turque.

Depuis quelques années, le Marmaray Istanbul — un tunnel ferroviaire qui passe sous le Bosphore — permet de rejoindre la rive européenne en métro, et notamment le centre historique. Sinon, vous pouvez toujours prendre le bateau.

Ici, on ne retrouve que peu de bâtiments notoires. Pourtant, il fait partie des quartiers les plus agréables à visiter à Istanbul, où il fait bon vivre. 

Il regorge de restaurants où l’on mange très bien (clientèle locale oblige), des petits cafés branchés où la jeunesse se retrouve autour d’un thé le soir, et de boutiques indépendantes où faire de bonnes affaires. 

Quartier populaire et jeune, les prix ne sont pas très élevés.

N’hésitez pas à faire un tour au marché de Kadiköy (Kadiköy Sali Pazari) — l’un des plus grands de la ville — pour vous imprégner de la vie stambouliote.

Vous y trouverez tout un tas de produits frais de qualité tels que des fruits et légumes, du poisson, du fromage, ainsi que d’autres spécialités locales comme des pizzas turques, de l’eau de rose, de l’huile d’olive, etc. 

Divers étals de vêtements, d’objets traditionnels et de babioles pour la maison sont également présents.

Au nord du quartier, la gare de Haydarpasa est un remarquable bâtiment d’architecture allemande propice aux visites. 

Le parc Fenerbahçe, situé sur une presqu’île, offre une vue superbe sur la mer de Marmara et un décor idyllique pour pique-niquer. Tout au sud, le Bostanci Lunapark ravira tous les enfants !

Loin du tumulte du centre-ville, on apprécie l’authenticité et l’ambiance décontractée de ce quartier résidentiel, qui reste tout de même dynamique grâce à une population jeune, des bars et des rues commerçantes. 

En revanche, ce n’est pas un quartier recommandé où loger à Istanbul lors d’un premier séjour ou pour des vacances de quelques jours. 

Vous perdriez trop de temps dans les transports et il vous serait difficile de profiter de la ville dans son ensemble et de visiter les lieux emblématiques stambouliotes. 

Toutefois, cet éloignement présente l’avantage d’avoir des hôtels à des prix attractifs.

Laisser un commentaire